Comment financer en totalité des travaux d’isolation de logement ?

Vous envisagez de financer des travaux d’isolation de votre logement et ne possédez pas suffisamment de ressources pour conduire à terme votre projet ? Bienheureusement, le gouvernement met à la disposition des particuliers des aides pour la rénovation thermique complète de leur domicile. Cela s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des politiques publiques en faveur de l’environnement.

Nous vous présentons dans ce billet les différents types de financement auxquels vous pouvez recourir pour autant que vous respectiez les critères d’éligibilité prescrits. Certaines d’entre elles peuvent être cumulées pour que la prime soit conséquente.

Les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE)

Vos travaux de rénovation énergétique peuvent être financés par un fournisseur énergétique. Sur www.hellio.eco vous pouvez prendre connaissance de quelques astuces pour réduire substantiellement vos dépenses.

Ce type d’aide pour une basse consommation d’énergie est très peu connu des particuliers. Pourtant, le financement peut couvrir jusqu’à 100 % du montant de vos travaux. La prime dont vous bénéficiez au final dépend de certains critères définis par l’État : votre revenu fiscal de référence, votre mode de chauffage et votre zone géographique d’habitation.

Sont éligibles aux CEE, les propriétaires ou locataires d’un logement principal ou secondaire dont la construction ne date pas de plus de deux ans.

Les subventions de l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (ANAH)

Ce type de subvention concerne particulièrement les logements de plus de quinze ans. Il permet aux foyers ayant des revenus modestes de pouvoir financer le projet d’isolation de leur maison. Les plafonds de ressources à ne pas dépasser sont indiqués.

Les subventions de l’Anah peuvent s’élever jusqu’à 25 000 euros en fonction de votre situation et du projet. Cependant, pour bénéficier de ce financement, il faudrait ne pas avoir souscrit au prêt à taux zéro durant les cinq dernières années.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

La première condition pour pouvoir bénéficier de cette aide est de remplir sa déclaration d’impôt. Ce crédit permet à tout propriétaire ou locataire exerçant une activité professionnelle en France de réaliser des travaux de rénovation énergétique dans un domicile. Les habitations neuves ne sont pas concernées par ce type de financement.

Le taux du crédit est de 15%, 30% et 50% respectivement pour les dépenses engagées pour l’achat de matériaux d’isolation des parois vitrées, pour les dépenses engagées pour l’acquisition d’autres types d’équipements et pour les dépenses liées au coût de la maison d’œuvre pour la pose d’une cuve à fioul pour les foyers (sous conditions de ressources). Au total, le montant des dépenses est plafonné à 8 000 euros par personne.

L’éco-prêt à taux zéro (PTZ)

C’est un prêt accordé par les banques. Il peut être cumulé au CTE à 30%. Le PTZ est accessible sans condition de ressources et permet aux contribuables d’emprunter jusqu’à 30 000 euros avec un taux d’intérêt nul sur une durée de trois à dix ans.

Cependant, pour en bénéficier, vous devez nécessairement entreprendre des travaux permettant à votre logement principal de respecter les critères de performance énergétique. Une fois le prêt accordé, les travaux pour maisons isolées doivent être effectués dans un délai de trois ans.