Défis de coaching en milieu scolaire

Les solutions présentées pour les défis rencontrés doivent être considérées en même temps comme une condition du succès du processus de coaching.

  • La pénurie de ressources financières :

La participation de coachs externes professionnels n’est guère abordable pour certaines écoles, car elles ne disposent que d’un budget limité pour la formation et le conseil. Par conséquent, il faut trouver ici d’autres options de financement, qui peuvent être fournies grâce à la participation des parents (par exemple, au sein de l’association de développement), au lobbying politique auprès des gouvernements locaux ou au parrainage d’entreprises associées aux écoles.

  • Hétérogénéité des personnes et des groupes :

L’école de milieu de vie se caractérise par une hétérogénéité prononcée des participants. Par exemple, il existe des différences significatives d’âge, de statut et d’expérience. Toutefois, en s’appuyant sur l’intérêt commun et la motivation pour changer, il est possible de convenir d’objectifs et de règles contraignantes qui permettent une coopération axée sur les forces de toutes les parties concernées.

  • Volontariat limité :

Participer au développement de l’école signifie donner au plus grand nombre possible d’acteurs la possibilité de participer activement à ce processus. Lors de l’engagement d’associations, il convient de veiller à trouver un équilibre entre stimulus intérieur et pression externe, de sorte que la participation par la motivation personnelle reste possible. Comme les changements pour une personne ne sont pas seulement associés à des opportunités, mais aussi à des risques, on peut également s’attendre à un coaching avec des blocages personnels. De manière correspondante, les informations sur le coaching destinées aux groupes cibles doivent avoir lieu tôt et avec la participation du coach.

  • Manque de reconnaissance pour la participation :

Afin de participer efficacement aux processus de développement de l’école, tous les participants doivent utiliser des ressources temporelles et mentales. Il peut être nécessaire que les étudiants s’abstiennent de s’excuser lors d’une leçon ou que les enseignants reportent la correction d’un examen écrit. Dans de tels cas, une culture reconnaissante de reconnaissance et de compréhension mutuelle est indispensable, ce qui peut être favorisé, par exemple, en fixant ensemble des délais et des priorités. L’action est donc transparente et contenue dans un cadre contraignant.