Comment faire une traduction assermentée ?

Dans un contexte mondial où l’échange commercial à l’international est de plus en plus libre, la réalisation d’une traduction assermentée devient également plus fréquente. Ayant une valeur juridique en France, une traduction certifiée possède également la même validité à l’étranger. Le service doit cependant être réalisé par un expert, notamment un traducteur assermenté. En effet, lui seul pourra certifier que le document traduit est fidèle au texte original.

La spécificité d’une traduction assermentée

Un texte transcrit par un traducteur assermenté est généralement destiné aux autorités administratives qui nécessitent un document officiel. La certification peut être réalisée pour différents types d’actes : état civil (livret de famille, attestation de PACS…), acte notarié (testament, procuration…), contrat commercial et de travail, certificat ou diplôme… La traduction peut également être effectuée pour un document juridique (casier, jugement de divorce…), dans ce cas, on parle plutôt de traduction juridique.

Vu le caractère officiel d’une telle prestation, la maîtrise des deux langues utilisées ne suffit pas pour réussir une transposition fidèle. En effet, tout traducteur assermenté doit également répondre à plusieurs exigences légales avant de prétendre réaliser des traductions certifiées. D’abord, il devra obtenir un statut de traducteur agréé ou expert ensuite, il devra être reconnu comme un officier ministériel.

Intervenant comme un auxiliaire de justice dans certaines situations, il doit par ailleurs être nommé par les autorités judiciaires et prêter serment. Grâce à ses compétences, le traducteur assermenté sera en mesure d’attester que le document est conforme à l’original. Pour éviter d’engager un traducteur en interne, pensez à faire appel à une agence de traduction experte dans le domaine.

Quelles sont les qualités d’un bon traducteur ?

Pour la réalisation d’une traduction assermentée, vous avez le choix entre recruter du personnel ou contacter une agence de traduction. Dans les deux cas, il faudra vous assurer que le prestataire engagé soit capable de remplir les critères d’un bon traducteur. Le premier est certainement la reconnaissance d’une cour d’appel.

Vu l’importance administrative du document, le traducteur devra avoir un sens de la précision et surtout une connaissance accrue de la jurisprudence régissant chaque langue concernée (langue d’origine et langue de destination). La compréhension des nuances ainsi que des évolutions du jargon juridique est également essentielle pour mener à bien les missions. Vérifier donc les compétences linguistiques d’un professionnel avant de l’engager.

La validité du document se fait grâce à la signature manuscrite et au sceau apposé par le traducteur expert. Une fois certifié, le texte possède une valeur légale au niveau international. Ceci dit, cette reconnaissance dépend des accords passés entre les deux pays. Si aucun accord n’est signé, vous devrez renforcer le caractère légal de la traduction en la certifiant auprès d’une ambassade ou d’un consulat.

Comment se passe la traduction ?

Pour réussir une traduction certifiée, l’expert devra suivre différentes étapes. Pour commencer, il évalue le document (nature, niveau de difficulté, particularités…) afin de fixer son tarif pour le service. Il devra ensuite vous proposer un délai raisonnable, car la traduction assermentée peut prendre plus de temps qu’une transposition classique. Il effectue par la suite la traduction en vérifiant chaque mot, tournure ou expression. Ce dernier devra évidemment s’assurer que les informations mentionnées aient exactement les mêmes sens que dans le document source.

Il faudra également respecter la structure et la typologie du texte (titres, tableaux, etc.). La recherche de pertinence de la formulation est parfois un véritable défi c’est pourquoi certains traducteurs travaillent en équipe pour une vérification minutieuse de la traduction. En engageant une agence spécialisée, vous bénéficiez d’une prestation précise et de qualité.