Quand est ce qu’il faut faire appel à un ramoneur ?

Afin d’optimiser le fonctionnement de votre appareil de chauffage et d’en profiter en toute sécurité, il est essentiel de le faire ramoner régulièrement. Que risque-t-on si l’on s’affranchit de cette obligation ? Qui en est responsable ? Quelle doit être la fréquence de ramonage ? Vous saurez tout en prenant connaissance du texte ci-dessous.

Une obligation légale

Tout d’abord, il convient d’apporter une précision importante : le ramonage ne s’applique pas uniquement aux cheminées (foyers ouverts et fermés). Il concerne également les chaudières collectives ou individuelles et les poêles. Il s’agit d’une obligation légale à la quelle il est impossible de déroger.

En cas de non-respect, vous vous exposez à des sanctions financières. Vous risquez surtout de ne pas être couvert par votre assurance habitation en cas de sinistre. Enfin, le ramonage préserve le bon fonctionnement des appareils sur la durée, ce qui vous permettra de faire des économies et réduira l’impact sur l’environnement, cliquez ici pour en savoir plus.

Quelle doit être la fréquence ?

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que la réponse à cette question dépend de votre lieu de résidence. En effet, la réglementation concernant le ramonage n’est pas nationale mais locale. Elle est donc variable en fonction des communes. Pour connaître les dispositions que vous devrez suivre, prenez contact avec votre mairie.

Dans la grande majorité des cas, il est imposé de procéder au ramonage des équipements de chauffage au moins une fois dans l’année. Toutefois certaines communes se montrent plus autoritaires et imposent deux ramonages par an. De plus, l’un d’entre eux doit obligatoirement se faire durant la période hivernale. Le ramonage ne peut être réalisé que par un professionnel certifié. Il vous remettra un certificat de ramonage qu’il vous faudra conserver.

Qui est responsable ?

Qu’il faille procéder à un ou deux ramonages par an ne change rien. Les législations sont très claires sur ce sujet : il revient à l’occupant des locaux de prendre en charge le ramonage de tous les appareils de chauffage de l’habitation. Celui-ci peut donc être le propriétaire ou le locataire. Il est également important de rappeler que les ramonages “amateurs” (à l’aide d’une bûche conçue à cet effet par exemple) ne sont pas reconnus par la loi.

Dans le cadre d’un contrat de location, il revient au propriétaire de procéder à l’entretien des appareils de chauffage avant l’entrée du locataire dans le logement. À sa sortie, celui-ci devra faire intervenir le ramoneur. Dans le cas d’un copropriété, chacun reste responsable des cheminées et des conduits qui se trouvent dans son logement. Toutefois, il faut également entretenir les équipements communs à tous les copropriétaires obligatoirement deux fois chaque année (même si la réglementation locale ne précise rien à ce sujet). Cette responsabilité est alors prise en charge par le syndic sous le contrôle du syndicat des copropriétaires.